Home Agir Des exemples
Des conseils concrets d'achats économes et utiles PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Hervé le Grand   
Vendredi, 23 Juillet 2010 09:38

Quelques exemples d'achats cohérents !

Nombreux sont les achats anodins qui font toute la différence entre un achat destructeur et un achat cohérent... Reste à identifier ce que nous nommons achat "destructeur", nuisible, négatif ?

  • Ce sont les produits qui nuisent ou participent à la destruction de l'environnement et aux populations.

    L'énergie produite localement... n'est pas plus raisonnable ?

  • Les produits dont nous pouvons aisément nous passer et qui participent lors de leur fabrication au gaspillage des matières premières, de l'énergie et engendre des pollutions.
  • Ceux qui sont transportés sur des centaines, voire des milliers de kilomètres pour des raisons économiques
  • Ceux qui déséquilibrent, voire détruisent les économies locales (concurrences déloyales)
  • etc.
La présence de ces produits n'est pas dû au seul désir de faire du commerce de la part des commerçants ! Certes certains manquent de décence à vendre leurs produits mais pour la majorité d'entre eux, ils se sont laissés piégés dans une économie dont la principale contrainte est de faire face à l'obligation de vendre.

Éviter les produits jetables, c'est bon pour la planète et aussi favorable à vos économies !

Cependant, l'acheteur apprécie faire des économies. Et c'est à cela que répond clairement la liste des produits et services que nous vous présentons ci-dessous. Libre à vous de faire vos choix. Nous nous ne les achetons plus ! En effet, nous ne nous bornons pas à fournir ces conseils, nous nous les appliquons dès lors qu'il est possible de les appliquer.

Les produits :

Mouchoirs en papiers ou en tissus ? Voici, les points sur lesquels il est nécessaire de s'arrêter pour faire son choix :

  • Les mouchoirs en papier, ce sont des :

    • Coûts de la conception (énergie, matière première)
    • Coûts de la gestion de déchets (papier, emballage du paquet, emballage du groupe de 10 à 12 paquets de mouchoirs, etc.)
    • Pollutions visuelles dans les villes, sur les chaussées et lieux où le nettoyage n'est pas réalisé quotidiennement
    • Impacts dans l'environnement naturel (compter les emballages plastiques que nous pouvons tous retrouver dans les bois, forêts, villes, etc.)
    • Pollutions engendrées par le transport de ces mouchoirs (Attention : A ne pas négliger car quoique le poids soit faible, les volumes sont considérables !)
    • gaspillages systématiques de ressources.
  • Les mouchoirs en tissus :
    • Attention, allez jusqu'au bout de la démarche : Faire le choix de tissus issus de végétaux cultivés sainement
    • Fabrication en usant de procédés sains (colorants, fixateur, etc.)
    • Pour le lavage, vu les dimension de l'élément à laver, les mouchoirs ne nécessitent pas de "faire une machine" de plus. utiliser une lessives (et assouplissants si vous y tenez car non nécessaire) à base de tensio-actif végétaux, sans agent blanchissants, etc.),
    • En cas de rhumes, n'hésitez pas à vous tourner vers les produits à base de propolis pour éviter de souffrir inutilement pendant des jours, voire des semaine. Optez aussi pour certains végétaux, type radis noir et autres afin de redonner à votre corps ce qui lui manquent. (cf. pages à ce sujet : S'informer, sous rubrique Santé)

Rasoir et autres : Se raser grâce à l'électricité ou à la main en utilisant de la mousse, du gel ou du savon à barbe... quels sont nos conseils ?

  • Rasoirs électriques... les défauts :
    • Coûts de la conception (énergie, matière première)
    • Utilisation de la matière première
    • Coûts de la gestion de déchets (emballage du paquet, coffret du rasoir)
    • Coûts liés à l'utilisation (une fois par jour)
    • Dépendance à une source électrique
    • Pollutions engendrées par le transport
    • Coût de la communication et marketing (sans compter les défauts des messages: incomplets, voire faux)
  • Rasoirs à main... :
    • A éviter :
      • Nous achetons pas les jetables car :
        • les coûts de la conception (énergie, matière première) sont importants
        • Cela fait appel à l'utilisation de la matière première. Il n'est pas tenu compte de la situation
        • nous perdons de la matière première (lorsque après usages, ces déchets sont incinérés)
        • nous souhaitons éviter les pollutions engendrées par le transport des produits jetables
      • Nous n'achetons pas les mousses ni les gels. Les coûts (énergie, matière première) sont très élevés. Pour avoir pratiqué la mousse : une bombe de mousse ou de gel est consommée en moins de 2 mois.
    • Ce que nous privilégions :
      • Le savon d'Alep (très très économique). Le savon d'Alep : 11 mois à ... 2 ans pour une utilisation encore plus efficace car l'effet sur la lame du rasoir est bénéfique (vous changerez nettement moins souvent de lame de rasoir). De plus, vous n'avez pas besoin de blaireau avec ce savon.
      • Les rasoirs à manchon, sur lesquels seul la lame est remplacée lorsqu'elle est usée.

Stylo, crayon et autres (rechargeable ou non) :

  • A plume... :
    • ce qu'il faut éviter :
      • les cartouches car vous créez inutilement des déchets en sus
      • l'achat de stylos dont la plume ne peut se changer. Ainsi si vous souhaité changer la dimension de la plume vous pouvez réaliser l'action sans changer l'ensemble. Ceci peut vous semble futile...Certes ! Mais lorsque plusieurs millions d'élèves reprennent le chemin de l'école, c'est l'assurance de tonnes de matières premières épargnées.
      • les stylos jetables de toute catégories car il contribue au gaspillage de la matière première.
  • A bille, à feutre... :
    • ce qu'il faut éviter :
      • l'achat de stylos dont la mine ne peut se changer. Ce sont des milliers de tonnes de déchets qui peuvent être très facilement évitées. N'oublions pas que toute la population achète ces produits
      • les stylos jetables de toute catégories car il contribue au gaspillage de la matière première
    • Ce que vous pouvez privilégier :
      • Les plumes avec pompe
      • les crayons à billes, feutre et papier
      • Encre végétale

Les services relatifs à l'alimentation et aux commerces associés :

  • ce qu'il faut éviter :
    • faire le commerce et/ou de consommer les produits issus de l'agriculture intensive appeler aussi conventionnelle ou raisonnée
    • Notez que les dégâts engendrés par ces procédés de culture et d'élevage ne sont pas pris en charge directement à ce jour. En clair personne, hormis les espèces végétales et animales, les enfants, femmes et hommes et seniors, les éco-systèmes empoisonnés paient le prix des dégradations multiple !
  • Ce que nous conseillons :
    • Aider les agriculteurs à changer de méthodes en acceptant de payer les coûts associés.
    • Créer des structures, telles les AMAP mettant des citadins en lien avec des agriculteurs afin de consolider financièrement leur activité et les aider selon leur besoin.
    • Favoriser les banques (banque la NEF et autres banques solidaires et transparentes) à progresser. Ces banques financent les agriculteurs usant de techniques saines.
    • Favoriser l’agriculture saine de proximité en faisant en sorte qu'à votre domicile, dans votre restaurant d'entreprise ou universitaire, dans votre cantine, vous demandiez des produits issus des agricultures saines.
    • Tout consommateur à le pouvoir réel ! Ne pas le prendre ses responsabilités, c'est donner son pouvoir aux centrales d'achat des grands marchands aux comportements irresponsables !

Les services relatifs aux déplacements :

Usage de "sa" voiture privée :

  • Ce qui ne va pas :
    • La pollution émise par chaque voiture n'est pas compensée (elle n'est pas facturé à automobiliste, quand bien même, il paie des taxes et autres frais !)
    • Les pollutions (émission du dioxyde de carbone et d’autres molécules dangereuses pour l’environnement) créent l'effet domino dont nul d'entre nous n'est en mesure d'estimer le coût et encore moins les effets à court, moyen et long termes (Exemple le plus alarmant : Les perturbation sur l'effet de serres naturel).
  • Nous déconseillons vivement :
    • D'utiliser une voiture seul pour ce rendre sur son lieu travail (au minimum faite du co-voiturage) !
    • L’usage de la voiture personnelle, utilisé sans frein représente un problème majeur dans les villes et campagnes du monde entier car les effets se font sentir partout. Nous (les occidentaux), nous devons comprendre que nous ne pouvons pas continuer sur ces bases.
  • Nous conseillons :
    • Que chacun de nous prenne ses propres responsabilités
    • Que chacun fasse la part qui lui incombe, c'est-à-dire :
      • Je m’informe, j’agis… sous entendu, je n’attends pas que les infos ou les reproches viennent à moi !
      • Je participe aux changements en proposant de nouvelles voies (ex pour des salariés ne disposant pas de transport en commun suffisant et/ou adapté, écrire une lettre commune à la mairie, engager une discussion sur les aménagements des chaussées (ex : dans de nombreux cas, aller à l'entreprise en voiture est incité implicitement par aménagement "tout voiture" ; alors que s'y rendre à pied même les trottoirs ne pas été réalisés jusqu’au bout !)
      • je fais autant que faire se peut... du covoiturage.
  • Ce qu'une entreprise peut s'engager à faire :
    • S’équiper d’un logiciel pour traiter les offres et les demandes.
    • Facturer les frais de parking aux salariés (adapté aussi à ceux qui font du covoiturage : diviser le prix par le nombre de personnes / voiture)

Avion, dans les cas suivants :

  • Nous déconseillons :
    • De prendre l'avion pour les vacances, n'est pas raisonnable !
    • Systématiser professionnellement les déplacements en avion est une erreur du passé ! Nous encourageons les entreprises à redéfinir leurs priorités !
  • Nous encourageons (plusieurs actions sont menées conjointement courant août/2007) :
    • Les sociétés de services à s'engager dans la compensation de carbone, tout en trouvant les moyens de réduire totalement leur émission de polluants pour tendre vers 0 émission de polluant.

Livraison "express" :

  • Nous déconseillons :
    • De faire appel à ces services car il n'est plus raisonnable de rester sur le principe du toujours plus vite, plus loin au détriment de la planète !
    • Aux entreprises qui font systématiquement appel à ces services de redéfinir leurs priorités !
    • Nous encourageons les entreprises à communiquer à leur clientèle sur les travers des exigences de ce type. Nous conseillons de faire appel aux chambres du commerces et des métiers pour communiquer par professions et profils de services.

Ainsi que cette liste le démontre, nous avons la possibilité d'agir à tous les niveaux.

N'attendons pas que les règles du commerce soient assainies assurant la promotion de la production des biens et des services les moins polluants...

Il sera bien trop tard.

Primum non nocere


Mise à jour le Mercredi, 25 Juillet 2018 10:00
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Information

Copyright © 2018 www.creersansdetruire.com. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.
 

Sondage

Connaissez-vous le Pr Gilles-Eric Séralini ?
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 72 invités en ligne

Institut Eco-Conseil

Regarder vraiment..

Genet_2.JPG